LA HILOULA

Rabi%20Shimon%20Bar%20Yohai[1]

Par Arié Toledano

Le jour du décès d’un Sage est considéré comme un triste anniversaire, le jeûne étant de rigueur plutôt que la joie. A titre d’exemple, le 7 ADAR, jour de décès de notre Maître Moïse. Les hommes pieux ont l’habitude d’organiser à cette date un jour de jeûne et de prière.

Fait exception à cette règle, le jour du décès du saint Rabbi Chimon Bar Yohaï, qui correspond au 18 Iyar, 33ème jour du compte du Omer. Ce jour est appelé « Hiloula », qui veut dire : joie, festin, jour de mariage.

Ce maître vivait au deuxième siècle en Terre d’Israël, en Galilée, et était le disciple de Rabbi Yehochoua et Rabbi Aqiva. Il avait eu une période mouvementée dans sa vie, car  il dut se cacher avec son fils Rabbi Elazar dans une grotte  durant douze années. Les circonstances qui l’ont amené à se cacher sont citées dans le Talmud( Chabbat ). C’était au cours d’une discussion entre sages sur les mérites de l’occupant romain, à qui on devait l’installation de marchés, la construction de routes, de bains publics que Rabbi Chimon rétorqua que les romains en faisant cela recherchaient uniquement leur intérêt. Les propos furent rapportés à l’autorité qui prononça une condamnation à mort contre Rabbi Chimon.  Ce dernier finit par se cacher avec son fils dans une grotte jusqu’à la mort de l’empereur.

Cette période d’enfermement fut mise à profit pour étudier  la Torah sans discontinuer. A leur sortie, Rabbi Chimon et son fils avaient acquis une grande érudition tant dans la Loi orale que dans  la partie mystique de celle-ci, le sod (le secret). Une grande partie de cette science fut livrée à ses disciples au jour de son décès, ainsi qu’il est décrit dans le Livre du Zohar. Entouré de son fils Rabbi Elazar, de son disciple Rabbi Abba, et d’autres disciples, il leur annonça qu’il allait leur révéler cette partie jusque-là cachée.

C’est  la  raison pour laquelle ce jour est célébré dans la joie et non dans la tristesse.

L’allumage de bougies ou de grands feux vient  rappeler que le jour de son décès, Rabbi Chimon avait annoncé que la lumière du jour durera tout le temps qu’il faudra pour révéler son enseignement, selon le Zohar. Aussi, les allumages symbolisent cette lumière supplémentaire qui permit au maître d’achever sa mission.

C’est à Meron que se trouve la sépulture de Rabbi Chimon. Chaque année à Lag Baomer (lag en hébreu ayant pour valeur numérique 33), ce sont des milliers de personnes qui se rassemblent autour de son tombeau pour la fête de la Hiloula. AT♦

Publicités

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s