« Histoire d’un enfant caché » par Gilbert Schwarcz

Sur les réseaux sociaux, j’ai eu la chance d’entrer en contact avec l’auteur. J’ai lu son livre sans pouvoir m’arrêter avec une émotion que je souhaite partager avec les lecteurs d’h@keshet.  (V. Lévy)

schwarcz_enfant_cacheGilbert Schwarcz  : « Ce livre je l’ai écrit à la demande de mes petits enfants qui voulaient savoir. En effet, lorsqu’il y a environ 4 ans mes petits enfants commencèrent à me questionner où j’étais et ce que je faisais pendant la guerre 1939/1945, je n’ai pu leur répondre….mon cœur commença à battre la chamade, ma gorge était devenue sèche et mon front commença à transpirer…

Moi qui pensais que grâce à mon passage dans une ferme en 1944/1945, à côtoyer les animaux domestiques et à vivre les 4 saisons des agriculteurs je m’étais « restructuré » en fait je n’avais que stocké ces moments douloureux dans ma mémoire

Après beaucoup d’hésitations, ne pouvant pas raconter cette période de ma vie, mes petits enfants me suggérèrent d’écrire l’histoire de mon enfance. Il a fallu alors ressortir tous ces souvenirs enfouis que je pensais à jamais, 70 ans après. Ce fut pénible et douloureux…. mais bénéfique ! Maintenant je suis libéré d’un grand poids !

Cet ouvrage que j’avais pensé écrire à mes trois enfants et mes huit petits enfants, je me suis aperçu qu’il intéressait aussi toutes les personnes avides de témoignages directs de personnes ayant vécus ces moments.

L’accueil favorable de mon livre par les responsables de la Librairie du Mémorial de la Shoah ainsi que la Librairie du Progrès rue des Ecouffes m’allèrent droit au cœur !

Je fus également très surpris , après avoir envoyé un exemplaire de mon livre à la Directrice de mon école de Tardy à Saint Etienne, douloureux souvenirs de la journée du 26 mai 1944, d’avoir été invité à une conférence pour débattre avec soixante dix élèves de CM1 et CM2, le 26 mai 2014 dernier. Ce secteur de Saint- Étienne étant devenu un « quartier difficile », je fus surpris avec la Directrice du calme et de l’intérêt que ces élèves me témoignèrent en me posant des questions sensées….

Si je pouvais donner un conseil a tous mes camarades qui ont été cachés pendant cette douloureuse période, c’est de raconter leur histoire, il n’y a rien de tel pour dé diaboliser sa conscience et pour dépasser ces moments ou nous avons tous connus a degrés divers, la faim , le froid et la peur. »

En vente :

-Librairie du Progrès, 23 rue des Ecouffes à Paris 4ème, www.librairie-du-progres.com

-Librairie du  Mémorial  de la Shoah, 17 rue Geoffroy l’Asnier à Paris 4ème, librairie.memorialdelashoah.org

 N’oubliez pas de vous inscrire sur le blog h@keshet pour recevoir les derniers articles.

Publicités

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s