Le billet d’Eva : « Chagall et son musée »

Par Eva Naccache

Chagall Songe de Jacob

Chagall Songe de Jacob

En 1967 CHAGALL expose au Louvre « Le message biblique » : douze toiles monumentales sur lesquelles il travaille depuis 1955 (depuis toujours en esprit) Chaque toile mesure environ deux mètres sur trois. C’est la synthèse de ses recherches. L’exposition est un succès ; Chagall offre ses œuvres sous forme de dation.

Voilà un cadeau embarrassant ! Il faut trouver une salle pouvant accueillir une œuvre très contemporaine et importante en volume. On ne refuse pas une telle aubaine, surtout en dation, surtout patronnée par André Malraux, ministre de la culture.

Solution : créer un lieu adapté aux œuvres ! Échanges entre Malraux et Chagall ; un terrain est trouvé à Nice. Fait rare, un musée va être construit du vivant de l’artiste. Chagall choisit une pierre blanche ressemblant à la pierre de Jérusalem .Il travaille avec l’architecte, pour le choix des dimensions des lieux, l’orientation des ouvertures pour l’éclairage des toiles dont il va superviser l’installation.

**Retrouvez les billets d’Eva Naccache**

Pour l’immense salle blanche du « message biblique » le frère de Giacometti, bronzier, fabrique des sièges qui permettent d’admirer, de rêver, de méditer sur l’histoire sainte .On plonge dans une mer de couleurs. La visite avance de droite à gauche, comme dans l’écriture hébraïque. C’est le choix du maître, comme le désordre chronologique de l’accrochage. On commence avec Abraham, puis il y a la création d’Adam…..peu importe. On admire, on essaie de déchiffrer le message !

Abraham et les trois anges

Abraham et les trois anges

Mon préféré, le passage de la Mer Rouge. Moïse avance, drapé dans un lumineux manteau bleu ; de près, on voit que ce manteau est formé des hébreux qui ont traversé, et des égyptiens noyés par des flots qui engloutissent soldats, boucliers et chars.

Passant devant sculptures et vitraux, nous arrivons dans la salle « cryptée » : ambiance rouge, avec au mur une dédicace à sa seconde épouse « A Vava ma joie et mon allégresse ». Les thèmes sont tirés du Cantique des cantiques. Un faux plafond en forme d’hexagone symbolise l’étoile à six branches dont on a replié les pointes, pour bien marquer l’aspect secret du cantique.

Là aussi, il faut s’approcher de chaque toile, observer : la bergère attendant son bien-aimé, les musiciens et les danseurs se réjouissant du mariage, ou le cheval ailé transportant les mariés. Nous sommes dans une atmosphère propre à l’introspection.

Et puis un éclat de lumière : une pièce d’eau surmontée d’une mosaïque, les signes du zodiaque entourent le prophète Elie qui s’envole sur son char.

Eva NaccacheEn 1973, lors de l’inauguration du musée, Chagall a dit « Peut être, dans cette maison viendront des jeunes et des moins jeunes chercher un idéal de fraternité et d’amour tel que mes couleurs et mes lignes l’ont rêvé ». EN♦

Pour approfondir

Advertisements

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s