Le billet d’Eva : « La vente de Lucerne »

Picasso : La femme allongée

Picasso : La femme allongée

Par Eva Naccache

La « Cité miroir » de Liège, lieu d’échange et de culture, expose du 17 Octobre 2014 au 29 Mars 2015, ce que les nazis ont appelé « L’art dégénéré » …..

Hitler conseillé par Goebbels fait retirer sept mille œuvres des musées allemands. Il s’agit d’artistes contemporains. Sont concernés des juifs, des communistes ou bien des œuvres contraires à l’idéologie du régime, ou risquant d’inspirer la tristesse, ou exprimant trop les émotions de l’artiste. Certaines toiles seront brûlées, d’autres discrètement mises en vente privée Mais pourquoi ne pas organiser une vente aux enchères : propagande pour le parti national socialiste et opération financière lucrative ?

**Retrouvez les billets d’Eva Naccache**

Lucerne, ville neutre située en Suisse, est choisie. Le 29 juin 1939, la galerie Théodore Fischer met sur le marché cent huit peintures et dix-sept sculptures de cent neuf artistes : Chagall, Laurencin, Kokoshka, Derain, Picasso, … La vente est préparée en grande discrétion. Mais les invités s’entendent et s’engagent à ne pas surenchérir ; seulement quatre vingt cinq œuvres seront acquises, et le prix peu disputé.

Certains trésors sont sauvés
Entre autres :

  • «La maison bleue» de Chagall, un résumé de son œuvre ;
  • «Le sorcier d’Hiva oa» par Gauguin, son testament pictural ;
  • «La Mort et les masques» d’Ensor, à éviter en période de guerre ;
  • «La femme allongée» de Picasso ; étendue peu vêtue, alanguie, elle sabote l’image de la « Muter» à tresses blondes qui fait de la pâtisserie dans sa cuisine.

Le gouvernement belge va acquérir des œuvres pour les musées d’Anvers et de Bruxelles.

Chagall : La maison bleue

Chagall : La maison bleue

La ville de Liège réussit à réunir des fonds importants, elle va acheter neuf œuvres majeures qui constituent le fonds le plus riche de son musée.

Pour la première fois, la ville de Liège présente les œuvres qu’elle a pu sauver, ainsi que d’autres toiles, provenant de la même vente et qui étaient dispersées à travers le monde.

Différents documents illustrant le contexte de l’époque permettent d’en percevoir l’atmosphère.

Comment ne pas regretter la perte d’autres œuvres !

Décrié à toutes les époques
L’art contemporain a été décrié à toutes les époques ; pourtant il n’a pas été traité de « dégénéré », même pour des provocateurs comme Marcel Duchamp avec son urinoir et son if.

En ce moment, le musée Pompidou à Paris présente l’œuvre de Duchamp. Mal connu, incompris, ce précurseur est perçu comme fou ou farfelu sinon « dégénéré ».

Je terminerai sur une de ses pensées :

Eva Naccache« Je crois que l’art est la seule forme d’activité par laquelle l’homme en tant que tel se manifeste comme véritable individu. Par elle seule, il peut dépasser le stade animal parce que l’art est un débouché sur des régions où ne dominent ni le temps ni l’espace. » EN♦

Publicités

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s