Le billet d’Eva : « Encore et encore… »

Statue Alfred DeyfusPar Eva Naccache

Le 31 octobre 1894, le capitaine Dreyfus est arrêté ; il s’obstine à crier son innocence. La plupart des journaux français attribuent sa prétendue trahison à sa judéité ; seule la Revue blanche dénonce « l’immobilité servile des uns et la fureur lyncheuse des autres ».

Le 2 décembre, il échappe à la guillotine. Ses accusateurs préfèrent le tuer symboliquement en le dégradant : le 5 janvier 1895 se déroule la « cérémonie sacrificielle » issue d’une autre époque. Le gouverneur militaire de Paris, responsable de l’organisation, utilise la grande cour de l’École militaire. Alfred Dreyfus avance d’un pas assuré. « Regardez comme il se tient droit, la canaille ! ».

**Retrouvez les billets d’Eva Naccache**

La cérémonie infamante de la dégradation ne le brise pas. Le soir même il écrit à sa famille et à son défenseur : « J’ai tenu la promesse que je vous avais faite. Innocent, j’ai affronté le martyre le plus épouvantable que l’on puisse infliger à un soldat ».

Théodore Herzl est impressionné par l’opposition entre les cris de mort et les protestations d’innocence de la victime. Il comprend que : « les juifs ne seront jamais en sécurité même dans le pays des droits de l’homme. »

La réhabilitation de Dreyfus a lieu en 1906.

En 2006, pour en célébrer le centenaire, on décide d’ériger une statue de l’officier au centre de la cour de l’École Militaire. Mais comme elle risque de gêner (?) les manifestations qui s’y déroulent, elle est reléguée dans un square discret du Boulevard Raspail. [Une version de cette œuvre est installée au centre de la cour du Musée d’art juif].

Quand on tue « moralement » il est possible ensuite de réhabiliter comme on l’a fait pour Alfred Dreyfus.

Mais tous n’ont pas cette « chance ».

Sa petite-fille Madeleine n’a pas été épargnée : elle est morte à Auschwitz, à l’âge de 22 ans.

Ceux qui ont été tués dans la cave sordide d’un immeuble, dans la cour d’une école, dans un hypermarché ne seront pas ressuscités.

Eva NaccacheDemain, il y aura encore un 11 septembre, un 9 janvier ou autre date, suivi d’un mouvement généreux de protestation unanime et de l’espoir : « plus jamais ça ! » et tout recommencera…EN♦

Publicités

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s