Ça s’efface, mais on n’oublie pas…

armee-francaisePar Claude Halber

Dans h@keschet du 10 septembre 2015, on lit le récit, dense et sobre, de la vie de René Gribe, rédigé par lui-même.

Ici je voudrais revenir sur son témoignage concernant un officier de l’armée française, qui empêcha la destruction de notre synagogue. Cet officier habitait …au 10 bis … Il était en quelque sorte le Chamach[i] !!!. Et comme René Gribe le rappelle, cet officier prit des risques énormes pour dissuader les miliciens de détruire la synagogue.

Sam Ouazan et moi-même, lorsque nous étions des élus de l’ACIV, avons essayé de retrouver cet officier … en cherchant bien dans les archives, on devrait retrouver son nom, ….mais il nous a été impossible de le rencontrer.

Nous devons nous souvenir des Justes, qu’ils aient sauvé des Juifs, ou qu’ils aient risqué l’emprisonnement ou la déportation, au motif d’être un « actif ami des Juifs ». Claude HalberQuelle leçon de courage et d’engagement pour la Fraternité.

Et donc bien sûr, même si son nom reste effacé, nous n’oublions pas. CH♦

[i] bedeau

Publicités

Une réflexion sur “Ça s’efface, mais on n’oublie pas…

  1. Au 7 rue Albert Joly en face de la Synagogue vivait le Général Hirschauer, Sénateur de la Moselle, décédé en décembre 1943. Dans les années 1958 la famille Nathan ou Nathan Chapotot habitait au 10 bis. Cordialement André Convers, Riec sur Belon.

    J'aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s