Le billet d’Eva : « Louis XV Le Bien Aimé »

Louis XV

Louis XV

Par Eva Naccache

En octobre 1715 disparaissait le Grand Roi Louis XIV.

Son fils, le Grand Dauphin, son petit-fils et son arrière-petit-fils ainé sont morts.

Le jeune et charmant futur Louis XV a cinq ans, il est le seul héritier, né en 1710 à Versailles. En 1711 et 1712, rougeole et variole font disparaitre toute sa famille.

Le Duc d’Orléans, neveu de Louis XIV, devient Régent, jusqu’à la majorité du Roi. En réaction à la morosité de la fin de règne du Grand Roi, on veut s’amuser…ce sera fait et….même au delà ! La Régence a bien mérité sa mauvaise réputation.

Est-ce cette réputation qui va se projeter sur Louis XV et son épouse ? Ils sont trop mal perçus, malmenés par l’histoire.

Par raison d’État le jeune Roi est fiancé à une infante d’Espagne Marie Anne Victoire. A 5 ans, elle doit quitter son entourage. Selon une cruelle tradition, elle abandonne tout ce qui est espagnol, endossant même publiquement des vêtements français. La future Reine sera éduquée à la cour de France. La situation est difficile pour cette très jeune enfant, elle va s’attacher profondément à son futur époux.

A 15 ans le Roi est majeur ; plus de Régence, il gouverne. Ce n’est pas un Roi « de plaisir ». Il travaille et même beaucoup. Sa santé fragile depuis sa naissance inquiète son mentor le Cardinal Fleury. Le Roi tombe malade, on craint pout sa vie, il n’y a pas d’héritier. Lorsqu’il guérit, la question de la succession se pose avec angoisse. La fiancée est trop jeune, il faut le marier d’urgence à une princesse, j’ose à peine l’écrire « reproductrice ».

On commence par renvoyer en Espagne la fiancée – pas d’assistance psychologique à l’époque ! – Elle devint Reine et même Régente au Portugal.

**Retrouvez les billets d’Eva Naccache**

Les Princesses étant promises dès leur naissance, où trouver la future mère du Dauphin ? Ce sera Marie Leczinska, fille du Roi de Pologne déchu. Sa famille vit dans un certain dénuement matériel, les difficultés ont forgé un caractère ferme à cette princesse. Son père humaniste lui a donné une excellente éducation, la princesse parle six langues, elle a « des clartés de tout ». Très réfléchie, elle a aussi un caractère aimant et facile. Elle danse à

Marie Leczinska

Marie Leczinska

ravir et sait se tenir et converser avec grâce.Voici un échange rapporté par les méchantes plumes de la cour :

« Ma fille, tombons à genoux et remercions Dieu
Mon père, seriez-vous redevenu Roi de Pologne ?
Le ciel nous est bien plus favorable ma fille, vous êtes Reine de France
»

Le mariage a lieu en 1725, le jeune Roi a 15 ans, l’épouse 22. Coups de foudre réciproques : le Roi est jeune et beau, la Reine douce, gracieuse intelligente. Les courtisans contemplent surpris les tourtereaux. Maria fera son devoir en déclarant « toujours enceinte, toujours grosse, toujours accoucher » Elle se fatigue, elle devient frileuse et s’enveloppe dans des châles, se néglige ; le Roi va se détourner d’elle avant même la naissance de leur onzième (!) enfant. Par amour, elle tolérera les favorites.

Cette Reine hors du commun, vendait ses bijoux et portait des « faux » pour multiplier les aumônes. Elle créa un couvent pour éduquer les jeunes filles nobles et pauvres, dans l’emploi du temps elle exige une heure de plein air matin et soir. Marie Adélaïde, sa fille veillera sur la bonne marche de ce lieu devenu le Lycée Hoche à Versailles. Pour construire la chapelle Mique est inspiré par les villas palladiennes de Vénétie. A ne pas manquer lors des journées du patrimoine)

Lycée Hoche VersailleQuant au Roi, il travaille. La conjoncture favorise le commerce et l’industrie ; la monnaie se stabilise ; les manufactures de Colbert sont relancées. Un énorme travail de construction des routes annonce nos Ponts et Chaussées, des allées sablées longent les chemins, elles vont favoriser la transmission rapide par les courriers royaux. Le réseau des canaux est amélioré. On exploite le charbon de terre, l’industrie utilise les progrès scientifiques, et, surtout, on essaie d’éviter la famine, on construit des greniers publics pour réguler le commerce du blé lié au climat.Des villes peuvent alors se développer, comme Bordeaux et Nantes.

Louis XV héritier d’un patrimoine gouverne avec une grande prudence, il n’est pas hésitant, il reporte les décisions parce qu’il attend les informations de son « secret » ; il a un important réseau d’espions dont le plus célèbre est le chevalier ou la chevalière d’Éon.

Ses maitresses ont peu d’influence sur sa politique, le peuple ne juge pas.

Bien sûr il y a eu des « bugs » : la banqueroute de Law, la perte de la Louisiane et du Mississipi en 1759 (mais les territoires sont regagnés après la victoire de Yorktown en 1781).

Les soixante années du règne furent globalement positives. Le Roi est resté jusqu’à sa mort, pour son peuple Louis le bien aimé.

Eva NaccacheLouis XV et Marie Leczinska mériteraient de ne pas être uniquement les successeurs d’un grand monarque mais d’être reconnus pour leurs qualités !!!! EN♦

Publicités

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s