Édito : « Mais qui est ce Palestinien d’il y a 2000 ans ? »

creches-noel_fohd_1wk5qz

Palestinien ?

Par La Rédaction

Un courriel envoyé par son président aux adhérents du Groupement Interreligieux pour la Paix (GIP78) est parvenu à la rédaction. Ce courrier, fort louable, a pour intention de venir en aide à une famille palestinienne de la région qui recherche un toit. Une phrase malheureuse a toutefois retenu l’attention de quelques destinataires.

Il y était ainsi précisé que ce jeune Palestinien « n’avait aucun rapport avec un autre Palestinien d’il y a 2000 ans et quelques, encore que… ». Qui peut bien être ce Palestinien de l’Antiquité ? Deux mille et quelques années, cela ferait donc quelques années avant ou après Jésus Christ… À moins que ce ne soit à ce même Jésus Christ qu’il est fait allusion ???

Si tel est le cas, il y a certes un rassurant « sans rapport… » mais il y a aussi un troublant « …encore que.. ». Comment faut-il alors interpréter cette contradiction apparente dans la même phrase ?

Or, ce simple énoncé est une parole éminemment politique qui ne peut rester sans réaction.

Permettez-nous de rappeler quelques faits :

  • Jésus est né en Judée, (en hébreu : Yehuda), royaume ancien dont les habitants sont les Yehudim (en français : Juifs). Jésus, si tel est le point « sans rapport ou encore que» évoqué ici, était donc juif.
  • Pouvait-il, AUSSI, être Palestinien ? Les Romains ont rebaptisé la Judée « Palestine » en 130 de notre ère, en référence à un peuple disparu des radars depuis l’époque de David, autre roi du même royaume, un millier d’années plus tôt, à savoir les Philistins. Donc, sauf à commettre un grave anachronisme, Jésus n’ayant vécu qu’une trentaine d’années, n’a pas pu connaître la Palestine, territoire sans autorité politique autonome jusque vers le milieu du 20e siècle. Donc il ne pouvait pas être Palestinien.

Par ailleurs, et sauf méconnaissance de ce qu’est le Groupement Interreligieux pour la Paix, il n’est pas dans les habitudes de cette respectable association d’aborder des questions politiques. Or, naturaliser Jésus Palestinien, en 2016, est délibérément un acte politique, car le mot Palestine recouvre, au fil des siècles, des réalités bien différentes. Petit rappel :

  • En 130, la Palestine est une simple province romaine puisque la Judée et son emblématique Temple de Jérusalem, cher à Jésus, sont détruits ;
  • Après la chute de l’Empire romain, le pays devient pendant quelques siècles le Royaume Chrétien d’Orient, suite aux croisades, mais sans jamais recouvrer une autonomie politique.
  • Drapeau Palestine Larousse 1939

    Larousse 1939

    Il en est de même lors des conquêtes arabe, puis ottomane, qui ne jugent pas utile de doter ce pays d’une autonomie politique.

  • L’Empire Ottoman, du 16e à la fin de la première guerre mondiale en 1918, considère la Palestine comme une sous-préfecture dépendant d’Alep (Syrie actuelle).
  • A la fin de l’Empire ottoman, la Grande Bretagne reçoit de la Société des Nations le mandat de créer « un foyer national juif en Palestine ». C’est l’époque de la Palestine dite mandataire, entre 1920 et 1948. Durant cette courte période, « Palestinien» est, sans équivoque possible, synonyme de « Juif ».
  • Depuis la création de l’État d’Israël en 1948, les Palestiniens d’avant 1948 sont devenus « Israéliens », et les habitants arabes, dont les dirigeants ont refusé un État, sont devenus des Palestiniens.

Comme on le voit, associer aujourd’hui Jésus et Palestine n’est pas anodin.

Il nous semble que le rapprochement indispensable entre les différentes religions, sous l’égide non négociable de la République et en accord total avec ses valeurs, ne saurait se faire avec des approximations de ce genre qui ne peuvent que contribuer à importer en France un conflit déjà passablement compliqué où il n’a rien à y faire.

image005Sur une question si sensible, le choix des mots revêt une grande importance parce qu’ils peuvent être interprétés politiquement. C’est pourquoi « Regards Juifs de Versailles » a souhaité rappeler ces quelques invariants de l’Histoire. LR

Publicités

5 réflexions sur “Édito : « Mais qui est ce Palestinien d’il y a 2000 ans ? »

  1. Bravo pour la piqûre de rappel.
    Mais il faut en tirer les conséquences:
    . Refus de la reconnaissance d’une identité palestinienne, totalement artificielle.
    . Rapatriement en Arabie des réfugiés vivant dans des camps car dans ceux-ci, ils ne pourront jamais s’épanouir nationalement, économiquement et socialement.
    .Organisation en Israël, de cantons autonomes selon la tradition clanique de la civilisation arabe.
    . Refus du retour de la population arabe ayant quitter Israël en 1948, puisque cela correspond aux populations juives expulsées des pays arabes.
    . Indemnisation de ces populations juives largement spoliées lors de leur expulsion et sans commune mesure avec les pertes économiques subies par la population arabe. Toutefois
    des négociations honnêtes peuvent faire la part des choses.

    Sans être citoyens israéliens, les Juifs d’Occident ont le droit de défendre ces principes généraux qui ne portent en rien atteinte à la souveraineté des états dont ils sont ressortissants.

    J'aime

  2. Bravo pour cette mise au point, et je regrette d’un groupement inter religieux s’occupe d’aide à des gens. il y a des associations dont c’est la vocation de s’occuper matériellement des gens qui sont dans la détresse.

    J'aime

  3. Petite précision : va pour le nom strictement administratif de Palestine inventé par les Romains dans leur logique employée de renommer leurs conquêtes territoriales partout où ils ont combattu et se sont installés. Mais alors, pourquoi la monnaie « Judaea Capta » battue et largement diffusée dans la région et à Rome après leur victoire sur les hébreux ? Pourquoi pas carrément « Palestina Capta » ? Serait-ce pour ne pas être taxés de sionistes deux millénaires plus tard ?

    Aimé par 1 personne

  4. Bonjour,
    Les piqures de rappel sont toujours nécessaires à ceux qui s’autorisent à faire semblant d’oublier… Bravo à la rédaction pour cette mise au point pertinente.
    Chabbat chalom.

    J'aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s