L’Araméen renaît en Israël

teoudat zehoutPar Dov Fitoussi

Depuis un peu plus d’un an, on peut être officiellement araméen en Israël, au même titre qu’arabe, druze ou circassien.

C’est en effet en Octobre 2014 que le premier Araméen officiel d’Israël a vu inscrire ce statut sur sa carte d’identité : il s’agit d’un enfant de deux ans, habitant de la Galilée, qui bénéficie de la décision du ministère de l’intérieur, quelques semaines plus tôt.

Jusque là, les chrétiens habitant des villages arabes étaient inscrits comme « arabes », ce qui ne satisfaisait pas tout le monde. Aujourd’hui, ils auront le choix. Certains chrétiens par exemple se portent volontaires pour servir dans l’armée. Or, étant jusqu’à présent arabes, ils sont considérés par ceux qui ne veulent pas servir, essentiellement des arabes musulmans, comme traîtres.

*** Tous les articles de Dov Fitoussi ***

Avec la « nouvelle » ethnie araméenne, si celle-ci est adoptée massivement, les statistiques distingueront plus facilement entre chrétiens et musulmans. Les deux ne seront plus indifférenciés dans une ethnie arabe regroupant vingt pour cent de la population israélienne.

Araméens

Yakav, le premier nouvel Araméen, entre ses parents

Ethnies (au pluriel) et nationalité (au singulier)
La nationalité, en hébreu « ezrah’out » (אזרחות), pourrait être synonyme de citoyenneté puisqu’un citoyen, en hébreu, c’est un « ezrah’ » (אזרח), même racine que nationalité.

Mais Israël ne faisant pas les choses comme en France (tiens, tiens…), elle a trouvé moyen d’ajouter sur les cartes d’identité la notion d’ethnie, en hébreu « léoum » (לאום). Or, ce mot a la même racine que le mot qui signifie « nation » (en hébreu : ouma אומה). Donc finalement, nationalité et ethnie pourraient être considérées comme synonymes.

Je vous laisse, chers lecteurs, le soin d’extrapoler ce que cette synonymie peut apporter au débat…

En tout cas, à une époque ou les Chrétiens d’Orient se font massacrer un peu partout, voilà qu’Israël les fait revivre en tant qu’Araméens, sous nationalité israélienne.

C’est le « Palestinien d’il y a 2000 ans » qui va être content, lui qui parlait araméen, comme ses compatriotes Yéhoudim[1], nom des habitants de Judée …DF♦

[1] En hébreu : יהודים ; en français : juifs

Dov FitoussiSource : walla
Voir aussi : « Appartenir à une minorité chrétienne en Israël » Gatestone Institute

Advertisements

Une réflexion sur “L’Araméen renaît en Israël

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s