L’Odyssée tragique de la famille Vexler

Dr Jancu Vexler

Dr Jancu Vexler

Par Frédéric Viey*

Après avoir fait de longues recherches sur l’histoire globale de la Shoah en Seine-et-Marne, il me parait aujourd’hui opportun d’approfondir le parcours de certaines familles juives seine-et-marnaises. Dans ce qui a été l’innommable, un destin tragique a marqué des personnes qui n’étaient pas prêtes à assumer un tel fardeau.  Chaque victime a sa saga qu’il faudrait pouvoir consigner mais peut être par le biais de quelques exemples serait-il possible de les associer à cette narration.

Outre Fontainebleau,  la communauté Juive de La Ferté-sous-Jouarre a payé un lourd tribu au monstre dévorant qu’a été le nazisme. Mes amis Paul Cohen  et Robert Meillet se sont dévoués pour faire mettre une plaque à la mémoire des déportés de cette ville et de ses environs. Parmi ces noms, dont il m’était difficile de mettre des visages, il y a aujourd’hui une famille dont on peut retracer le triste itinéraire : la famille Vexler.

Le docteur Iancu Vexler, juif d’origine roumaine, était médecin à Saint-Cyr-sur-Morin (Seine-et-Marne) avant la Deuxième Guerre Mondiale. Au début du mois de septembre 1939, il a été requis en tant que médecin par les autorités civiles françaises et a dû exercer à Saint-Germain-sur-Morin. Engagé dans l’armée française comme infirmier, il est démobilisé le 13 juillet 1940 mais rapidement inquiété à cause de son origine israélite. Le 21 octobre 1942, il est arrêté en même temps que sa femme et conduit à Drancy, ensuite à Birkenau puis à Auschwitz et enfin de nouveau à Birkenau pour s’occuper des Tsiganes en tant que médecin.

Recensement des Juifs à Saint-Cyr-sur-Morin (Seine-et-Marne) en 1940 :

  • Yacov Vexler né à Husi (Roumanie), 29.7.1907, médecin
  • Faïga Elbaum, épouse Vexler, née à Varsovie, 23.1.1906
  • Claude-Renée, née le 5.12.1936
  • Marie-Anne, née en 17.10.1938
  • Hélène-Sarah, née en 1940
  • Jeanne-Marie, née en 1941
  • Elbaum Szlama, 26 mai 1907, Varsovie, Pologne, célibataire, ouvrier agricole, nationalité indéterminée, Saint-Cyr-sur-Morin
Fajda Vexler (1906-42)

Fajda Vexler (1906-42)

Remise de l’étoile jaune à Saint-Cyr-sur-Morin en 1941 :
Après avoir reçu leur nouvelle carte d’identité, marquée d’un « J » infâme, les personnes susmentionnées reçurent en Mairie de Saint-Cyr-sur-Morin leur étoile jaune :

  • Elbaum Szlama
  • Vexler Jancu
  • Vexler née Elbaum

Ces étoiles furent délivrées par la sous-préfecture de Meaux en échange de coupons de tissu.

Arrestation du 21 octobre 1942 en Seine-et-Marne
Le 23 octobre 1942, le commando extérieur de la Sipo-Sd de Melun publie dans son ordre du jour n° 1006/42 le rapport de ses activités :

« En vertu d’un arrêt du Commandant de la Sipo-Sd de Paris, en date du 5 octobre 1942, une action a été effectuée le 21 octobre 1942 dans le département de Seine-et-Marne en vue de l’arrestation des juifs étrangers définis par cet arrêté. Au vu du fichier juif de la Préfecture de Seine-et-Marne, le nombre de juifs visés par l’action était de 81. Deux mères juives ayant pris avec elles leurs enfants de nationalité française, le chiffre total s’est augmenté de 3 et porté à 84…..
(….) L’action a été menée à bien avec le concours de la Feldgendarmerie, de la Gendarmerie Nationale et la Police d’État.
Signé : Tuchel, Sous-officier ».Plaque Vexler (F.Viey)

Le 21 octobre 1942, il n’y a pas eu que des juifs étrangers qui furent arrêtés entre Meaux et La Ferté-sous-Jouarre. Il y avait aussi des juifs français de souche. Or, lors de ces arrestations d’étrangers, l’odieux et la honte furent atteints à Saint-Cyr-sur-Morin lorsque des gendarmes français sous le commandement du Maréchal des Logis Chef Bonnet vinrent arrêter le docteur Vexler avec sa femme et ses deux filles aînées. Seul le docteur Vexler survécut à la déportation ; sa femme et deux de leurs quatre filles figurent aujourd’hui sur le Monument aux Morts de la commune au titre de « Morts pour la France ». Les Archives départementales de Seine-et-Marne conservent encore ce document :

Arrestation  de la famille Vexler à Saint-Cyr-sur-Morin

  • Iancu Vexler, né le 29 juillet 1907, de La Ferté-sous-Jouarre, est arrêté le 21 octobre 1942.
  • Faïga Elbaum, épouse Vexler, 36 ans, arrêtée le 21 octobre 1942

Ce couple laissaient quatre filles derrière eux qui normalement auraient du échapper à un tragique destin.

Ce jour-là, dans la région de La Ferté-sous-Jouarre et de Meaux, furent arrêtés sur les ordres du Préfet de Seine-et-Marne via le sous-préfet de Meaux :

  • Sabsovith Eugène, La Ferté-Gaucher, israélite étranger
  • Vexler Iancu, St-Cyr-sur-Morin, israélite
  • Vexler née Elbaum, Fajga, St-Cyr-sur-Morin, israélite
  • Lidye Baudouin, née Blicher, à Meaux, n’étant pas juive elle est relâchée le même jour.
  • Beila Blicher à Meaux
  • Lehmann Michel à Meaux
  • Outchitel Meïr, à Meaux
  • Stark Herszek à Meaux, relâché le même jour.

Les restes des juifs furent arrêtés à Chelles et sa Région, à Villeparisis, et autres villages des environs.

La Déportation
La déportation et l’extermination des Juifs d’Europe furent décidées par les hautes instances du régime nazi lors de la conférence de Wansee en 1942. Le Gouvernement français du Maréchal Pétain pour régler le problème juif créa le Commissariat Général aux Questions Juives. Celui-ci devait mettre tout en œuvre pour aider les autorités d’occupation allemandes à arrêter et à déporter la population juive de France. Selon les documents des Archives départementales de Seine-et-Marne les personnes suivantes originaires de St-Cyr-sur-Morin furent déportées :

  • Jancu Vexler Convoi 42 du 06 novembre 1942. Le docteur Vexler est revenu des camps.
  • Faïga (Fajer) Elbaum, épouse Vexler, Convoi 42 du 6 novembre 1942
  • Claude-Renée Vexler, Convoi 77 du 31 juillet 1944
  • Anne-Marie Vexler, Convoi 77 du 31 juillet 1944

*** Quelques publications de Frédéric Viey ***

Le Dr Jancu Vexler, médecin des Tsiganes, à Auschwitz
Le Dr Vexler a, malheureusement, bien connu le Dr Joseph Mengele qui faisait des expériences sur les jumeaux, sur ceux qui avaient la même couleur d’yeux, sur le typhus, etc…. A propos de cette maladie, le Dr Vexler fut affecté à l’organisation sanitaire des tsiganes à Birkenau. Il a été écrit à son propos :

« Vera Alexander, un survivant du camp de Birkenau, a été témoin de l’expérience des frères siamois. Dr Mengele était mort en 1979, mais sa mort a été gardé secret par ses amis et la famille. En Octobre 1985, alors qu’une chasse à l’homme intensive pour Mengele était en cours, Vera Alexander a déclaré ce qui suit dans une interview pour la production TV « La recherche de Mengele, » tel que cité dans le livre « Mengele, le texte intégral »:

Un jour, Mengele a du chocolat et des vêtements spéciaux. Le lendemain, les SS sont venus et ont pris deux enfants à l’écart. Ils étaient deux de mes animaux de compagnie, Tito et Nino. L’un d’eux était un bossu. Deux ou trois jours plus tard, un SS les a ramenés dans un état terrible. Ils avaient été coupés. Le bossu a été cousu à l’autre enfant, dos à dos, les poignets dos à dos aussi. Il y avait la terrible odeur de gangrène. Les coupures étaient sales et les enfants pleuraient tous les soirs.

Dr Mengele avait un intérêt particulier dans l’étude de personnes qui avaient les yeux de deux couleurs différentes.

L’histoire de l’expérience la couleur des yeux de 36 enfants de Birkenau a été dite par le Dr Vexler Jancu, un prisonnier juif à Auschwitz-Birkenau.

Tel que cité dans « Mengele, le texte intégral », « Dr Jancu a déclaré ce qui suit: En Juin 1943, je suis allé au camp de tsiganes à Birkenau. J’ai vu une table en bois. On y voyait des échantillons des yeux. Ils avaient chacun un numéro et une lettre. Les yeux étaient jaune très pâle au violet bleu vif, vert et bleu. ».

Vers Mai 1944, une bretelle fut établie depuis la voie ferrée principale vers l’intérieur du camp de Birkenau, de sorte que les Juifs hongrois puissent être directement acheminés vers les chambres à gaz des Kremas II et III, situés de part et d’autre de la voie. »

En 1973, le Dr Jancou Vexler a écrit un article important racontant son quotidien auprès des tsiganes d’Auschwitz-Birkenau : « J’étais médecin des tsiganes à Auschwitz » paru dans les pages de Monde Gitan 1973 n°27 p. 1-10.

Claude Renée (1936-44)

Claude Renée (1936-44)

Claude-Renée et Marie-Anne Vexler
Sur la plaque, apposée dans l’ancienne synagogue de La Ferté-sous-Jouarre, il est précisé :

  • Claude-Renée, 8 ans, arrêtée le 22 juillet 1944
  • Marie-Anne Vexler, 6 ans, arrêtée le 22 juillet 1944

Claude-Renée et Marie-Anne furent confiées par le Dr Vexler à une nourrice, Madame Cauturon, au Mauroy par Doué, proche de Saint-Cyr-sur-Morin.  En effet, Mme Faïga Vexler, se trouvant dans un état extrême de faiblesse, accepta que son mari place ses deux filles aînées à une nourrice, Madame Cauturon. Celle-ci a assuré la garde des enfants après l’arrestation. En effet, il semble que le Dr Jancu Vexler laissa à la nourrice une somme d’argent suffisante pour l’entretien des enfants pendant plusieurs semaines.

*** Articles de Frédéric Viey ***

Il semble d’après certains documents que les enfants furent pris en charge financièrement à un certain moment par l’O.S.E. (Organisation de Secours aux Enfants). Cet organisme avait clandestinement infiltré les services administratifs de l’Union Général des Israélites de France (U.G.I.F.). Sam Elbaum rendait visite à ses nièces tous les 15 jours environ. Pourtant le danger rôdait, il se précisa en fin août 1943, sous la forme d’une femme qui se présenta chez la nourrice, puis déclara rendre visite au Maire de Saint-Cyr-sur-Morin afin d’y réclamer les enfants. Cette démarche resta sans effet pourtant Sam Elbaum alerté, n’y vit malheureusement pas un danger immédiat. Or, un mois plus tard, une autre femme se présenta dans le village de Mauroy pour réclamer les enfants. Essuyant un refus de la nourrice, elle obtint de la Mairie de St-Cyr la possibilité d’emmener les fillettes. On ne retrouve la trace des deux petites qu’à l’été 1943, en effet en août elles sont conduites au Centre Lamarck de l’UGIF. Ce centre jouait le rôle de lieu de passage et de centre de tri.

Marie-Anne Florica (1938-44)

Marie-Anne Florica (1938-44)

Passage par Louveciennes
Les deux filles du Dr Vexler ne restent dans cet horrible centre que dix jours, elles sont ensuite envoyées au camp de Louveciennes. Melle Grisel, une assistante sociale, peut les visiter, leur porter du linge de rechange et les consoler. Triste témoignage qu’elle fit à propos de ces fillettes écartées de leurs parents : ‘’Elles étaient sales, la plus petites avaient des bobos partout, jamais soignés. Elles étaient tristes et pleuraient ….’’ Malgré tous les efforts pour sortir ces fillettes des griffes de ce lieu, les sœurs Vexler sont arrêtées et internées à Drancy le 22 juillet 1942. Les petites ne restent qu’une dizaine de jour dans ce camp, elles sont déportées à Auschwitz par le convoi 77 parti de Drancy le 31 juillet 1944. Le convoi met six jours pour atteindre Metz, mais combien pour arriver à Auschwitz.  Dès leur arrivée, elles sont exterminées.

Synagogue de La Ferté sous Jouarre  Plaque commémorative en mémoire des déportés de la Région de La Ferté.

Hélène-Sarah et Jeanne-Marie Vexler
Les deux plus jeunes ; Hélène Sarah et Jeanne Marie, sont confié par Szlama Elbaum, frère de Mme Vexler, au couple Clément, à la Croix Verte, petit hameau sur la route de La Ferté-sous-Jouarre. Sam Elbaum mit en pension ces enfants en prévoyant de les reprendre dès qu’il pourrait trouver une maison à louer et se cacher avec elles.  Cette famille réussit ainsi, durant toute l’occupation, échapper à l’arrestation, grâce à la complicité du Maire et de la population locale. A la fin de la Guerre, le Dr Jancu Vexler, rentrant d’Auschwitz, a retrouvé son beau-frère et ses deux dernières filles.

Le Dr Vexler apprit la déportation et la mort de ses deux filles aînées ainsi que celle de sa femme à son retour d’Auschwitz. Claude-Renée est morte à l’âge de sept ans et huit mois et Marie-Anne avait cinq ans et deux mois. Tous les deux furent déclarées ‘’Mort pour la France’’.

Pour toute l’aide qui m’a été fournie afin de rappeler la mémoire de la famille Vexler, j’adresse mes plus sincères remerciements à Madame Isabelle Rambaud, directrice des Archives départementales, Madame Karen Taieb, responsable du service ‘’Archives’’ au Mémorial de la Shoah et à l’A.N.A.C.R. de Seine-et-Marne ainsi qu’à mes amis Paul Cohen et Robert Meillet. FV♦

Mars 2011.

Bibliographie
Gutman Ysraël, Berenbau Michaël : Anatomy of Auschwitz death camps.
Vexler Yancou : J’étais médecin des tsiganes à Auschwitzz-Birkenau, Monde Gitan, 1973, n°27 p.1-10

Voir aussi:
« Les Vexler : une famille juive déchirée par la guerre » (extraits)

Frédéric Viey* Frédéric Viey est retraité de l’AUJF et guide conférencier. Il est membre fondateur du Festival des Cultures Juives à Paris, Ancien membre de la Commission Française des Archives Juives, organisateur de voyage dans le monde à thème Juif (Chine, Ouzbekistan, etc….), conférencier sur de nombreux thèmes juifs, ancien vice-président de l’Association Culturelle Israélite de Fontainebleau-Avon, Secrétaire général du Conseil des Communautés Juives de Seine-et-Marne,  auteur de nombreux articles et de trois livres sur la communauté juive de Fontainebleau.

Enregistrer

Publicités

Une réflexion sur “L’Odyssée tragique de la famille Vexler

  1. Dans le registre de circoncisions de Jacob HALPHEN, que j’ai dépouillé, il y a 2 circoncisions à La Ferté-sous-Jouarre,

    1) Le 10/01/1850, Ernest BRISAC, né le 02/01/1850, fils de Jules, marchand de vins en gros, 25 ans, et de Clémence MOMENHEIM, 22 ans (N° 149, folio 17r).
    2) Le 23/03/1851, Julien LÉVY, né le 15/03/1851, fils de Léopold, meulier, 25 ans, et de Anna DUFOUR, couturière, 19 ans. Acte de naissance N° 31 du 17/03/1851.

    Il opère également 8 circoncisions à Versailles, 3 à Fontainebleau, 433 à Paris, etc.

    Né à Toul en 1803 et décédé à Paris en 1865, il avait commencé sa carrière à Bourbonne-les-Bains en 1828. Il repose au cimetière Montparnasse.

    J'aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s