Le Billet d’Eva : « Le ghetto de Venise »

OLYMPUS DIGITAL CAMERAPar Eva Naccache

Nous venons de commémorer les 500 ans du ghetto de Venise. D’où vient ce nom, si souvent utilisé ; quelle en est l origine ?

Au XIV° siècle, on déposait dans le getto les déchets du métal utilisé par les fonderies de bombardes. Gettare veut dire affiner le métal à l’aide d’une getta et aussi jeter. Ensuite ce nom ghetto est resté aux lieux où les juifs étaient autorisés à résider.

Dés le XII° siècle On a déjà des traces d’occupation juive dans l’île de la Giudecca. Au XIV° siècle, on trouvait des juifs dans toute l’Italie, plus particulièrement à Venise. Centre de commerce très important, ils servaient de liens et de traducteurs entre Orient et Occident. Ils étaient aussi commerçants et pratiquaient des activités de banque et de prêt. La Sérénissime avait de gros besoins d’argent tant pour son fonctionnement que pour ses dépenses de prestige.

ghetto-campo-nuovo-venise-ponte-de-gheto-novo

Le Campo et Ponte Gheto Nuovo

En 1492, l’expulsion des juifs d’Espagne mais aussi de Sardaigne et de Sicile les fait émigrer vers Venise. En 1496, l’hégémonie espagnole entraîne des violences, des conversions forcées. Fuite vers le Royaume de Naples ; nouvelle expulsion en1541 ; 40 000 personnes vont se déplacer.

Suivit le départ des juifs des différents pays d’Europe. La Sérénissime « accueille » les migrants. Son attitude va osciller entre rejet et tolérance encadrée.

En 1516, le sénat vénitien décrète que les juifs seront dépossédés de leurs boutiques (chèrement acquises) qu’ils doivent quitter la ville et s’installer dans un quartier séparé « le ghetto nuovo » 700 personnes déménagent. Les notables vénitiens s’opposent à une expulsion complète qui ferait perdre commerces et capitaux

*** Les autres billets d’Eva Naccache ***

L’accès au ghetto se faisait par deux ponts fermés de portes surveillées par des gardiens. Le loyer y est majoré du tiers ; les juifs devaient porter une rouelle jaune. (Le jaune est une couleur infamante, souvent sur les tableaux, Juda est vêtu de jaune.) Les sorties de nuit sont interdites sauf pour les médecins. Les habitants du ghetto ont leurs propres puits car on craint qu’ils n’empoisonnent ceux de la ville.

ghetto-scuola-levantina-bimah-venise

Escalier de la Bimàh Scuola Levantina

La population augmentant, en 1589 on dénombre 1600 personnes. Les constructions atteignent huit étages, fait rarissime à l’époque Les conditions d’hygiène se dégradent et obligent l’administration à ajouter dés 1541 une extension appelée getto vecchio et en 1633 on crée le ghetto novissimo. Une vie collective rendue difficile et la promiscuité appellent des règlements intérieurs qui vont régir cette ville dans la ville : protéger les plus démunis des propriétaires chrétiens, limiter tous les abus. Ce n’est qu’en 1797 que Napoléon supprimera les interdits et supprimera le ghetto.

Aussi contraignante et vexatoire que fut la création du ghetto, on peut y trouver des éléments positifs. Cette ville dans la ville était une protection contre « l’extérieur ». Un lieu de prise de conscience de l’appartenance à une communauté. Talmudistes, kabbalistes, érudits voisinaient, identité et culture juives se développaient dans la cour principale où l’on se retrouvait. Bien qu’interdites, les synagogues ont été créées en haut des immeubles : Scuola tedesca, scuola canton et la scuola lévatina avec son escalier de Bimah qui monte vers le ciel ! Autour de la cour commune Corte di casa, on se retrouvait, on échangeait des potins ; une atmosphère de village. On la perçoit encore en visitant les boutiques, ou en se reposant sous les tonnelles des restaurants.

Eva NaccacheMais le mot ghetto a conservé un sens péjoratif d’enfermement, de contraintes, de manque d’hygiène, son côté un peu folklorique va disparaître quand il sera utilisé par.les nazis en Pologne, par les américains à Harlem….. Passé dans le vocabulaire quotidien, galvaudé parce que trop utilisé, on a oublié sons sens premier ; sa virulence s’attenue, il devient un terme banal. EN♦

Voir aussi :
La vie juive à Venise jusqu’à Bonaparte
La médecine hébraïque ou médecine en accord avec la Torah

Publicités

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s