« Un bout d’histoire de Versailles est parti avec Éliane Belais »

Eliane Belais

Eliane Belais

Par Mireille Benhaiem*

La disparition de notre Chère Amie m’offre une occasion d’écrire un pan de l’histoire de notre communauté dans les années 1960-1970.

Au début des années 1960, la synagogue de Versailles s’est remise à fonctionner régulièrement, grâce à l’arrivée massive des juifs d’Afrique du nord. Nous sommes arrivés à Versailles en 1961, Charles et Eliane Belais en 1962 de Constantine, comme Manon et André Chetrit à la même époque, André et Colette Chiche aussi. Gérard et Maryvonne Nahon étaient en France depuis longtemps. Sous l’impulsion de Gérard Nahon, nous avons créé le centre communautaire ; André Benhaiem, mon époux, en a été le premier président.Nous avions obtenu quelques subventions du FSJU, nos réunions avaient lieu dans l’oratoire, et pour certaines grandes manifestations, nous avions loué ou emprunté des salles publiques. La salle où nous faisons actuellement le kiddoush était vétuste en 1962. C’est alors que Charles Belais décide de la remettre en état avec toute l’équipe. Charles était un homme courageux, une force de la nature.

Je me souviens de notre première manifestation, une fête de Pourim, en mars 1963, à la Maison des Provinces (angle rue Hoche et Av. de Saint-Cloud) Fête très réussie, très beaux déguisements des enfants, délicieuses pâtisseries confectionnées par Eliane, Colette, Maryvonne, Manon, moi-même, et j’en oublie sans doute…

Entre temps, d’autres familles s’étaient installées à Versailles, dont les Aberdam, les Zitoun, les Ouazana, les Yahri. Les familles Lachkar et Maruani étaient là quelques années avant nous.

Je me souviens d’un 1er Mai où nous avions reçu dans une salle du Chesnay les responsables communautaires de Paris.

Je me souviens d’une conférence de Manitou qui a réuni une assemblée attentive.

Je me souviens des grands pique-niques organisés par Charles et Eliane aux étangs de Hollande : barbecues, parties de foot… et amitié.

Je me souviens des Maccabiades au stade Montbauron, pour la joie des jeunes de la communauté.

Je me souviens de rallyes, qui donnaient lieu à de belles explosions de joie.

Myriam Nahon et Danielle Benhaiem

Quelques années ont passé, la Guerre des Six Jours (1967) nous a réunis encore davantage ; nous ne savions que faire, la tension montait de plus en plus, et grande était notre consternation lorsque la guerre a éclaté.

Je me souviens que nous avions reçu les enfants Maruani, Alain et Laurent, et Michel Yahri, pour évoquer ensemble les possibilités d’un départ en Israël, ou d’autres formes de soutien.

Nous avions créé un oulpan, où des israéliens, étudiants à Paris, nous enseignaient l’hébreu. Je me souviens avoir eu pour professeur d’hébreu Elie Barnavi , alors jeune étudiant en Sorbonne, qui fut, par la suite, ambassadeur d’Israël à Paris.

Vers la fin des années 60, Bernard et Monique Luksenbourg sont arrivés à Versailles. Bernard a ensuite dirigé le centre communautaire.

Notre «Famille» a été cruellement éprouvée par la disparition de Manon Chetrit, emportée par la maladie. A cette même époque Charles Belais est terrassé par une attaque cérébrale, un bouleversement dans notre équipe intimement liée !

Quelques temps plus tard, l’équipe s’est un peu dispersée, plusieurs familles ayant fait leur alyah.

Mireille BenhaiemJe voudrais conclure en saluant la mémoire de Charles et Eliane Belais; Charles est resté paralysé pendant 25 ans, Eliane l’a soigné avec abnégation, amour et dévouement. Elle lui a survécu 20 ans. Cette «femme vaillante» (אשת חיל Eshet ha’il) a toujours gardé sa bonne humeur, son sourire, son sens de l’hospitalité. Nous n’oublierons jamais Charles et Eliane Émilie Belais, un couple simple qui savourait la vie à pleines dents. MB♦

* membre de la communauté de Versailles depuis 1961

Publicités

3 réflexions sur “« Un bout d’histoire de Versailles est parti avec Éliane Belais »


  1. https://polldaddy.com/js/rating/rating.jsMerci et bravo Mireille pour ce survol remarquable, à la fois « historique » et nostalgique, d’une période que j’ai aussi connue, même si nous sommes arrivés en France un peu après vous et que nous naviguions alors entre Viroflay et Bondy! Comme toi, intégrés à Versailles, nous nous sentions très proches de la plupart de ceux que tu nommes.
    Merci pour ce bel hommage rendu à Charles et Eliane Belais, et aussi d’avoir évoqué la mémoire de Manon Chétrit.

    J'aime


  2. https://polldaddy.com/js/rating/rating.jsMerci Mireille d’evoquer par vos mots Eliane , ma mere, Charles mon pere, mais aussi toute cette communaute de Versailles qui a largement contribue a faire de nous des adultes responsables et fiers de leur racines.
    Quelle chance d avoir ete en tant qu enfant entoure par une communaute
    d’ adultes responsables, genereux, pronant des valeurs de solidarite et de soutien et tout ceci enveloppe d’affection et d’amour.
    Eliane et d’autres sont partis , mais un bout de leur histoire au travers de la communaute de Versailless reste en nous a tout jamais.
    Babeth ( cinquieme enfant d Eliane et Charles Belais)
    Elisabeth Belais Gelkopf
    Kfar Yona- Israel

    J'aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s