« Roman national » : la quête française

Histoire-de-France-A-AymardPar Michel Bruley*

Le roman national français a été déconstruit
La philosophie postmoderne regroupe des pensées qui développent une forte critique de la tradition, elle propose des manières nouvelles de questionner les textes et l’histoire, influencées par différents courants de pensée des XIXème et XXème dont en particulier le marxisme. Cette approche de déconstruction cherche par l’analyse des textes, à révéler et à remettre en cause les postulats sous-entendus et les omissions des discours habituellement admis par la société.

Le problème pour le citoyen ne vient pas de l’inexactitude des déconstructions, mais de l’absence de remplacement des « histoires » envoyées au rebut. Par exemple le Roman national élaboré au XIXème et commençant par nos ancêtres les Gaulois qui est rejeté aujourd’hui n’est remplacé par rien de plus solide. Certains veulent faire commencer notre histoire à la révolution de 89 et d’autres à Clovis dont le sacre serait le point de départ de la France, or si cette dernière est objectivement le résultat d’une mayonnaise de peuples et de cultures, certains de ses éléments sont beaucoup plus anciens que les Gaulois, les Romains et les divers peuples germaniques dont les Francs qui ont donné le nom actuel au pays.

Un peuple sans histoire…

Des hommes habitent le territoire français depuis des millénaires
En effet si la république et le nom de la France sont récents, le pays, le territoire est occupé par des hommes depuis très longtemps, homo erectus y est localisé il y a 1,2 million d’années BP, on retrouve des os dans les Corbières il y a 400 000 ans pour l’homme de Tautavel, en différents endroits pendant 200 000 ans pour Neandertal et puis par Cro-Magnon, tous y ont laissé des traces de culture (acheuléenne, moustérienne, aurignacienne …, magdalénienne …), des outils, des poteries, des céramiques, des constructions, des pyramides, des dolmens, des alignements …, des polissoirs…, des grottes ornées.

Jean Ferrat Ma FrancePlus récemment les Celtes nous ont laissé leur façon de dénommer leur environnement, beaucoup de fleuves et de montagnes ont des noms d’origine celte (Loire, Rhin, Rhône, Seine …, Alpes, Ardenne, mont du Cantal …) et les noms de nombreuses villes d’Arras à Vendôme en passant par Lyon, Paris et Troyes. Le Francique des Francs nous a laissé 500 mots que nous utilisons encore aujourd’hui dans la langue française par exemple des verbes d’usage courant indiquant le mouvement (marcher, danser, grimper, frapper, ramper, heurter …). Enfin pour ce qui est de la cuisine, des vêtements et bien d’autres éléments de la culture il est difficile de démontrer les racines lointaines, mais intuitivement on pressent qu’elles doivent exister.

La France a toujours été un territoire de migration
D’après les spécialistes les « humains » seraient les seuls primates migrateurs et de fait depuis toujours sur le territoire français on retrouve les traces de nombreuses migrations aux différentes époques, homos erectus serait venu d’Afrique, Neandertal qui serait une émergence propre à l’Eurasie, a lui migré vers le Moyen-Orient, les Cro-Magnon seraient venus aussi d’Afrique, bien plus tard on a eu droit aux Celtes, aux Romains, aux Germains, etc…

… est un peuple sans avenir

Jusqu’à récemment on a relevé l’existence de populations différentes à différentes époques et on a parlé d’invasion. Depuis peu on analyse qu’il y a eu des mélanges (Néandertalien / Cro-Magnon), on révise les invasions massives en migrations plus progressives (celtes, germains), on constate que si les Francs on prit le pouvoir, ils n’étaient pas très nombreux, et se sont pour l’essentiel fondus dans la masse des Gallo-Romains. Aujourd’hui les migrations continuent, par exemple l’INSEE pour 2013 compte 332 000 entrées et 299 000 départs.

Michel BruleyConclusion
Au jeu de la déconstruction, le citoyen perd ses repères et est déboussolé. L’histoire nous montre que couper un peuple de ses racines est une manœuvre habituelle des totalitarismes. Les Gaulois ne sont pas les ancêtres exclusifs des Français, mais ils sont indéniablement un fleuron de la protohistoire de la France, comme Neandertal fait partie de sa préhistoire.

Un peuple sans histoire est un peuple sans avenir a dit le poète. MB♦

* cadre supérieur du privé

Publicités

2 réflexions sur “« Roman national » : la quête française


  1. https://polldaddy.com/js/rating/rating.jsArticle intéressant mais qui nous laisse sur notre faim.
    Que doit il être fait pour que le roman national retrouve un peu de couleurs ?
    Des notions comme l’identité nationale sont indissociables de ce roman, mais depuis longtemps ces notions sont devenues des gros mots, ou laissées à l’exclusivité du Front National.

    J'aime

    • Je suis désolé de vous laisser sur votre faim, mais je n’ai pas de solution à proposer, je me contente de regretter qu’il n’y ait plus de « roman national » et de rappeler que les Gaulois font bien partie de notre histoire et devraient trouver leur place dans le roman, le récit quand nous serons à même d’assumer notre passé et de finaliser les réflexions sur l’identité nationale, la repentance …

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s