CONDITIONNEMENT


Etoile rougePar Michel Smadja*

Je voudrais faire part d’une petite expérience que j’ai vécue à Versailles et du lien que j’en fais avec des évènements plus récents ou plus anciens. Mes conclusions vont choquer certains. Mais il fallait que je les exprime pour soulager ma conscience. C’est mon droit. Grâce à la magie d’Internet et à HaKeshet.

Je me considère comme un « électron libre », indépendant de toute structure, n’ayant à défendre ni des intérêts professionnels, ni une quelconque allégeance politique en dehors de la défense des Nations démocratiques que sont la France et Israël. Lire la suite

Indécences Médiatiques


debat3Par Michel Smadja

Le week end dernier était arrêté un des massacreurs de la funeste soirée du 13 novembre 2015.

Cet évènement est étonnant sur deux points :

  • Le temps qui a été nécessaire pour le retrouver (plus de quatre mois). Avant l’attentat lui-même, les médias ont expliqué que la détection de probables terroristes était défaillante du fait de la mauvaise coordination des polices et des dysfonctionnements du système Schengen.Après les attentats cet argument ne tient plus. La mobilisation policière est totale et pourtant il a fallu plus de quatre mois pour arriver à ce résultat. Sauf erreur de ma part, ni TF1 ni France 2 n’ont souligné ce fait.

    Pour reprendre la fameuse expression de Mao-Tsé-Toung, ces assassins sont « comme des poissons dans l’eau». Une conseillère bruxelloise expliquait d’ailleurs, l’air gêné, « que l’image du tueur (en fait, elle n’utilisait pas ce mot mais son nom propre[1]) était plutôt bonne dans son quartier et expliquait la durée trop longue de son insaisissabilité ».

  • la présentation de cet évènement était particulièrement obscène. Le visage de l’assassin en gros plan est resté affiché sur l’écran pendant de longs moments. On est loin de « l’effacement du nom d’Amaleck». Je me souviens de l’indignation du Président SANDLER face au ministre HAMON, fustigeant l’attitude intolérable des médias qui évoquent plus facilement l’assassin de Toulouse que ses victimes.

Lire la suite

C’est Staline qui a vaincu Hitler


StalineOu le mal nécessaire…

Par Michel Smadja

Je me souviens d’avoir suivi, il y a une quarantaine d’années déjà (!!), un séminaire d’Arieh Yaari, délégué du MAPAM en France.

Lune de miel entre mouvements sionistes socialistes et l’Union Soviétique
Pour apprécier la portée de l’enseignement que je vais essayer de restituer, il faut rappeler que le MAPAM (aujourd’hui MERETZ) et émanation du mouvement du Kibboutz Artzi[1], a eu des rapports particulièrement douloureux avec l’Union soviétique. Certains kibboutzim de ce mouvement n’hésitèrent pas à mettre leur drapeau en berne à l’annonce du décès du « petit père des peuples». Lire la suite

Le baluchon


leadImagePar Michel Smadja

ISRAËL : « Désespoir arabe »
« Les habitants de Syrie quittent leur pays, les arabes d’Israël préfèrent poignarder les Juifs qui ont créé un pays où il fait bon vivre. Lorsque l’on est désespéré, on ne se révolte pas ; on prend son baluchon et on va en Allemagne. » Lire la suite

Et si nous parlions du sionisme ?


Débuts du sionisme

Par Michel SMADJA
A la mémoire de mon père Robert Fradji SMADJA

Le terme « sionisme » est aujourd’hui utilisé à tort et à travers sans que des réponses appropriées ne soient formulées clairement. Comme si ce terme continuait à mettre mal à l’aise les communautés, toujours soupçonnées de « double allégeance ».
Lire la suite

Un contestataire juif de la psychanalyse : Henri Baruk


Par Michel Smadja

henribarukIl n’est pas de théorie moderne (hormis le marxisme) qui n’est autant associée au judaïsme que la psychanalyse. Cette discipline prétend résoudre un grand nombre de troubles psychiques en opposition radicale des autres sciences et techniques psychiatriques et psychologiques. Un des plus prestigieux psychiatres français, le professeur Henri Baruk, s’est opposé très fermement à cette prétention, notamment dans les années 1970 où la psychanalyse s’imposait, en France, comme thérapie dominante.

Fils d’un grand aliéniste, Henri Baruk était éloigné de la tradition juive, comme les autres savants israélites de l’époque (Durkheim, Levi-Bruhl, Mauss, Bernheim). Les persécutions antisémites dont il eut à souffrir le font revenir à la foi de ses ancêtres1. Dans un petit livre édité en 1978 par les éditions ZICARONE et intitulé « La psychanalyse devant la médecine et l’idolâtrie », il dénonce la nocivité de cette théorie. Lire la suite

La social-démocratie suédoise


ikeaplan[1]Par Michel Smadja

Ainsi un des premiers actes politiques du nouveau gouvernement social-démocrate de Suède a été la reconnaissance de l’État de Palestine. Il est probable que la situation intérieure du pays avec une forte immigration a dû jouer un rôle dans cette décision. Lire la suite