Le coup de coeur de Nicole


Par Nicole Lachkar

Un roman qui se lit presque d’une traite et qui risque de trotter longtemps dans nos têtes.
Des personnages forts, même dans leur faiblesse. Complexes alors qu’ils cherchent et revendiquent la simplicité. Attachants malgré leurs défauts.
L’imposture, les faux-semblants, la séduction, les manipulations, tout ce que l’homme est capable (ou se sent obligé…) de faire pour « sortir du lot ».
Bien écrit, ce roman est un vrai point de vue sur l’état du monde et son cynisme ambiant, criant d’actualité.
Un livre qui amène à se poser des questions sur nos choix, sur nos petits arrangements et nos valeurs… Un très très bon moment !

Un roman magistral !!!

L’INVENTION DE NOS VIES de  KARINE TUIL – GRASSET

C.H.U. HADASSAH de Jérusalem Nominé pour le Prix Nobel de la Paix en 2005


einkeremaerialview2003

n°47 Mars 2014

n°47
Mars 2014

L’épopée de Hadassah commence en 1912, lorsque Henrietta Szold, une Américaine sioniste, décide de se rendre en Palestine pour aider à enrayer les fléaux du trachome et de la malaria. Devant l’étendue de ces maladies, elle décide d’ouvrir un dispensaire destiné aux enfants juifs comme musulmans. À partir de ce dispensaire se développe l’Hôpital Hadassah sur le Mont-Scopus, qui ouvre ses portes en 1939, puis en 1961, ouvre celui de Campus de Ein Kerem avec notamment la création d’un Campus Universitaire.

Lire la suite

Prise en charge de la douleur et du patient douloureux en 2013


Photos P.TAJFEL  - N° 47

n°47 Mars 2014

n°47
Mars 2014

Le docteur Pierre TAJFEL* a présidé la conférence « La douleur et le patient douloureux » qui a eu lieu à Versailles le 24 septembre 2013. A la demande du magazine, il a rédigé, bien volontiers, cet article.

Des siècles durant, la douleur a été vécue comme une épreuve divine. L’homme ne disposait d’aucun moyen efficace pour la soulager, si ce n’est dans une consolation spirituelle. La foi, l’héritage socioculturel et l’éducation stoïque, proscrivaient les antalgiques, appelés d’ailleurs « anodins ». Pour nous médecins, la douleur était un « utile » indicateur diagnostique et thérapeutique, même si pour le malade, elle représentait une souffrance qui ne pouvait guère s’exprimer que dans la résignation. Lire la suite